Le Sahel s’enfonce dans la crise

Le nombre de personnes nécessitant une aide alimentaire urgente a doublé au Sahel à cause de l’insécurité Fin 2019, à cause de la montée des troubles dans les 16 pays du Sahel, 9,4 millions de personnes ont besoin d’une aide alimentaire immédiate, selon une réunion d’experts et de gouvernements le 9 décembre à Paris.

Le constat est sans appel : les violences intercommunautaires et l’instabilité grandissante de la région ont provoqué une “forte augmentation” du nombre de personnes déplacées hors de leur foyer, “accentuant la pression sur les ressources alimentaires” et la désorganisation des “moyens d’existence locaux” comme les marchés, observe le Réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA), établi au siège de l’OCDE à Paris. Selon ses données, les trois pays les plus touchés par la faim (en phase de “crise”, au stade 3 sur une échelle de 5) sont le Nigeria (4 millions de personnes), le Niger (1,5 million) et le Burkina Faso (1,2 million), sur les 16 pays que comprend la région du Sahel.

Des projections très pessimistes pour 2020

L’insécurité civile s’est exacerbée cette année au Mali, au Burkina Faso et au Nigeria, et les populations — essentiellement rurales — sont privées d’accéder à leurs moyens d’existence, l’agriculture ou l’élevage.

Cette situation nécessite évidemment un engagement des États concernés et l’appui des acteurs du développement.  L’heure est au renforcement et non au retrait. En 2020, Morija poursuivra ses efforts dans ses différents secteurs de prédilection, pour continuer de venir en aide à ces populations très éprouvées.