Vue virtuelle
du nouveau bâtiment


Le CHK soigne
près de 400 enfants chaque année

Construire pour mieux soigner
Ouvert en 1992, le CHK est le seul centre de rééducation du Burkina Faso à offrir une prise en charge orthopédique globale. Plus de 1'000 personnes souffrant d’un handicap physique y sont soignées chaque année. Beaucoup de patients voyagent même sur plusieurs centaines de kilomètres pour recevoir des soins.

Face à une demande croissante, le Centre, désormais limité dans ses capacités, doit impérativement s’agrandir pour traiter davantage de patients.
Le groupement d’architectes NOMOS, partenaire de Morija, a développé des plans pour deux nouveaux bâtiments qui accueilleront une pharmacie, un laboratoire, un magasin de stockage ainsi que des chambres d’hospitalisation.

Une technique de construction traditionnelle et écologique
Au mois d’octobre 2016, quatre collaborateurs de NOMOS se sont rendus une semaine au Burkina Faso afin de rencontrer l’équipe du CHK et voir le terrain sur lequel les bâtiments vont être construits, selon le principe de Voûte nubienne. Cette méthode architecturale est adaptée aux conditions locales et permet de bâtir des habitations aux toitures voûtées avec un outillage de base, des matériaux locaux et des compétences simples.
En utilisant la terre et la pierre au détriment du béton armé et de la tôle, la construction a un faible impact environnemental. Parfaitement étanche et résistante à la chaleur, la technique de Voûte nubienne permet la réalisation de bâtiments solides et durables, offrant confort thermique et esthétique.

Le bâtiment d’hospitalisation sera composé de cinq blocs de chambres de six lits chacun, pour un total de 30 lits. Les chambres offriront suffisamment de place pour les familles et le personnel soignant. Dans l’autre bâtiment, l’accueil, l’administration, la pharmacie, le laboratoire et le magasin de stockage seront reliés par des salles polyvalentes, lieux de rencontre de l’établissement. Chacun des deux bâtiments offrira aussi à l’extérieur des espaces ombragés facilitant l’accueil et le repos des familles et du personnel soignant.

Du mécénat de compétences
Lors de leur voyage, les architectes de NOMOS ont visité plusieurs bâtiments dans le pays pour voir les différentes formes d’architecture contemporaine existantes et observer leur usage, l’utilisation des espaces et l’entretien nécessaire. « En tant qu’architecte, j’ai été étonné de découvrir autant d’architectures incroyables, très innovatrices et contemporaines, et surtout d’une grande qualité », confie Lucas Camponovo, architecte associé.
La visite du CHK a quant à elle été déterminante, car elle a permis aux architectes d’affiner et de réadapter les plans imaginés en amont, en fonction de différents paramètres difficilement évaluables à distance comme l’orientation du vent ou les chemins empruntés par l’eau pendant la saison des pluies.

Les collaborateurs de NOMOS ont rencontré l’architecte locale, Clara Gbodossou, qui a déjà réalisé un bâtiment en Voûte nubienne à Ouagadougou, et le maçon avec lequel elle a l’habitude de travailler, Idrissa Sawadogo. Ce dernier a été formé par l’Association Voûte nubienne, qui vulgarise la technique de construction auprès des maçons. L’équipe de NOMOS a visité le bâtiment qu’ils ont conçu, très bien réalisé. Son rôle va désormais consister à assister l’architecte locale pour assurer le suivi et la qualité.

L’agrandissement du CHK permettra une meilleure prise en charge des patients, et surtout la réhabilitation d’un plus grand nombre de personnes handicapées au Burkina Faso. La production de briques de latérites a déjà commencé et la mise en place des fondations est prévue pour janvier 2017.

La construction est financée par la Banque Cantonale Vaudoise (BCV), via l’initiative BCV Solidarité remportée par Morija en 2016. Le groupement d’architectes NOMOS travaille quant à lui bénévolement pour ce projet.


Voir la présentation du projet par le Dr Dominique Hügli, chirurgien orthopédiste et responsable bénévole des missions de chirurgie menées au CHK

#1

#1

#1

#1